www.natha-yoga.com - Yoga - Pranayama - Yoga-nidra - Méditation - Stages de Yoga - Formations Yoga - Posture Yoga

Natha-Yoga.com
Centre des Formations en semi-correspondance
de la Fédération Française des Ecoles de Yoga


Mudrâ et bandha

Drishti et bhastrika

Le hatha-yoga comporte plusieurs parties correspondant à des techniques et une façon de gérer l’énergie ainsi que mental différentes. La classification en « niveau » va du plus grossier au subtil, du corps à la pensée. Celle-ci n’exprime pas une chronologie rigide car ces différents niveaux s’interpénètrent et se complètent. Chaque niveau peut se subdiviser en sous niveaux  selon les écoles. Pour le yoga tantrique une des classifications la plus usuelle est la suivante :

1) Asana : la posture du corps – 2) Prânâyâma : la science du souffle – 3) Mudrâ/bandha : les gestes et contractions – 4) Prathiahara : le retrait des sens (avec toute les visualisations et les concentrations concernant la structure énergétique dont les chakra) – 5) Dharana : la concentration – 6) Dhyana : la méditation – 7) Samadhi : états supérieurs de la conscience et de l’énergie (définition frileuse d’un état non descriptible, que d’autres nomment « état de sagesse », « nirvana », etc.).

Mudrâ et bandha sont donc le troisième niveau. Mudrâ signifie « gestes », « sceaux » et bandha « contractions ». Les appellations sont souvent aléatoires, un terme peut parfois remplacer l’autre. Les postures concernent principalement le corps et la circulation de l’énergie dans le corps. Le prânâyâma concerne le corps par son travail sur la respiration mais également l’énergie et la pensée grâce aux liens étroits entre respiration, énergie et mental. Les mudrâ/bandha concernent essentiellement la structure énergétique et dans cette structure certains points cruciaux par les quels circulent plus ou moins bien l’énergie ou par les quels elle peut se disperser. Citons entre autres : les mains, l’anus, le rectum, le sexe, le ventre, la gorge, la langue, la bouche, le nez, les yeux, les sourcils, les oreilles… Ils sont donc autant des techniques d’appoint dans les postures, la respiration la concentration ou la méditation, que des techniques autonomes et plénières quand elles sont pratiqués isolément, dans ce contexte leur finalité est d’exacerber l’énergie et de stabiliser le mental. Réciproquement les mudra/bandha incluent une attitude du corps, des respiration et de la concentration.  

Les mudrâ des mains (pointez les images pour avoir le nom).

Apana mudra   Buddhi mudra   Kundalini mudra  

Les mains sont un « terminal » complexe et en relation étroite avec le corps, l’énergie et la pensée, ne parle-t-on pas avec les mains ? Dans la respiration ou la concentration les gestes des mains changent les trajets des énergies et ont une incidence réelle sur le mental.

Linga mudra   Prana mudra   Prithivi mudra

Certains mudrâ des mains stimulent les énergies de la terre, d’autres de l’eau ou du vent, etc. dans la structure énergétique.

Les mudrâ des yeux.
Selon que les yeux sont convergents ou pas, qu’ils sont placés sur le bout du nez, le point entre les yeux ou le point inter sourcilier, les incidences sur les énergies et les chakra (par exemple) sont différentes.  

Les mudrâ de l’anus et du rectum.
Il s’agit de mula bandha mudrâ pour l’anus et  d’ashvini mudrâ pour le rectum correspondant aux adhara muladhara et gudadhara, l’un et l’autre étant des lieux de puissance et de fuite énergétique très importants. Nous ne mettons pas de photos !...

Les mudrâ de la langue.
Les trois principaux sont khechari mudrâ quand on retourne la langue à l’intérieur de la bouche, qu’elle touche la partie molle du palais et que sa pointe est recourbée pour toucher l’espace. Jhiva bandha quant la langue appuie sur le palais ainsi que sa point à la racine des dents du haut ou quand elle est entre les dents. Kaki mudrâ quant la langue prend la forme d’un tuyau allongé, qu’elle soit à l’intérieur de la bouche ou sortie.

Jhiva mudra

Le mudrâ communs à l’ensemble des techniques.
Certains mudrâ se retrouvent systématiquement dans les postures, la respiration ou la concentrations. Ce sont mula bandha mudrâ, ashvini mudrâ, uddyana bandha mudrâ (la contraction du ventre), jalahandhara bandha mudrâ (la contraction de la gorge),  jhiva bandha mudrâ (les mudrâ de la langue), drishti mudrâ (les mudrâ des yeux).

Bhuchari mudra - mudra dy tantra et du yoga

 

Mudrâ comme techniques autonomes.
Ils sont nombreux, citons par exemple, maha bandha mudrâ, agni mudra, ganesha mudrâ, jyoti mudrâ, yoni mudrâ, shiva prana mudrâ, (voir la rubrique « technique du mois » « Janvier 2005 ») etc. chacun essayant de titiller et d’éveiller l’énergie à sa façon.


 

Christian Tikhomiroff

 

  Haut de page

 

.